Circoncision musulmane

La circoncision (tahara, khitana, khifadh ou sunnet en turc) est un rituel pratiqué par l’immense majorité des musulmans. Cette pratique qui consiste en l’ablation du prépuce du garçon, n’est pas imposée par le Coran. Elle relève avant tout de la tradition (sunna) et demeure fortement conseillée par les différentes écoles théologiques. Sur le plan symbolique, elle est la marque des descendants d’Ibrahim (Abraham), et un signe d’appartenance à la communauté des croyants. L’âge de la circoncision n’est pas fixe et varie selon les régions. Ainsi, au Maghreb elle est pratiquée environ entre cinq et huit ans, mais elle peut être effectuée plus tardivement, vers 10 ou même 15 ans (Sénégal), ou à l’inverse, quelques semaines après la naissance (Arabie Saoudite).
Rite complexe, la circoncision est impliquée dans la construction de l’identité masculine à différents niveaux. Elle est généralement associée à la virilité, et joue un rôle non négligeable dans les canons de beauté masculine et les codes de l’amour, qui font préférer aux femmes un partenaire circoncis. Effectuée sur le garçon prépubère, elle est aussi interprétée comme un rite d’initiation à l’âge adulte.